La Commission européenne profite de la trêve estivale pour autoriser un nouvel OGM !

 

 

Nature et Progrès dénonce l'introduction du maïs OGM "MON863", particulièrement controversé, dans la chaîne alimentaire humaine et exige la protection de la chaîne biologique.

 

La Commission européenne a décidé, ce 8 août 2005, d'autoriser la commercialisation en Europe du maïs OGM "MON863" produit par la multinationale Monsanto.

 

Cet OGM est aujourd'hui uniquement autorisé pour une utilisation dans l'alimentation animale. Il ne peut donc ni être cultivé chez nous, ni être utilisé pour l'alimentation humaine. Mais, nul n'est dupe, ce n'est qu'un nouveau "petit" pas de plus pour ouvrir massivement l'Europe aux OGM. Si les animaux qui produisent le lait et la viande que nous consommons quotidiennement peuvent être alimentés avec des OGM, il n'y aura plus qu'un petit pas à franchir avant l'autorisation pour l'alimentation humaine et la mise en culture de cet OGM!

 

 

Un OGM dangereux pour la santé!

 

Le "MON863" est un OGM particulièrement controversé car, lors des études préalables à l'autorisation de mise sur le marché, des anomalies importantes ont été décelées sur des populations de rats nourris avec cet OGM! Monsanto a tenté de minimiser voire de cacher cette information, considérée comme confidentielle par la firme.

Ce n'est qu'au bout d'une longue bataille juridique au niveau européen, que l'information a été rendue publique.

 

Les rats nourris pendant 90 jours avec du maïs "MON863" développent, en comparaison à des populations témoins, des anomalies importantes et significatives: augmentation importante du nombre de globules blancs (ce qui indique des problèmes de santé), diminution des globules rouges, augmentation des sucres dans le sang, malformation et atrophie des reins! Face à ces constats particulièrement désastreux, Monsanto n'a pas jugé bon de poursuivre les recherches!

 

Une chose est sûre à nos yeux, si le maïs "MON863" est impropre à la consommation des rats, pourquoi en serait-il autrement au niveau de la consommation de nos animaux de ferme ou des humains?

 

Sur base de ces constations, Nature & Progrès ainsi que de très nombreuses autres associations européennes de protection de l'environnement, des consommateurs et de la santé, ont demandé l'interdiction du "MON863" au niveau européen… et ailleurs dans le monde!

 

 

Une administration européenne aux ordres des lobbies agro-industriels?

 

La question de l'OGM "MON863" occupe les fonctionnaires de la Commission européenne depuis plus d'un an maintenant.

 

En effet, la Commission, malgré la dangerosité avérée de cet OGM et sans égard pour le simple principe de précaution, a introduit à plusieurs reprises un projet de décision d'autorisation, chaque fois rejeté par les experts du Comité de réglementation.

 

Face à cet échec, la Commission a soumis ce projet de décision au Conseil européen des Ministres de l'Environnement qui n’a pas pu dégager une position commune.

 

La Commission, comme la législation européenne le permet, a alors décidé seule d'autoriser la mise sur le marché du "MON863".

 

Par cette décision unilatérale, la Commission européenne montre, une fois encore, sa soumission au dictat des puissants lobbies agro-industriels, au mépris de la santé humaine et du bétail, sans considération aucune des consommateurs qui revendiquent, majoritairement et depuis de nombreuses années, une alimentation exempte d'OGM!

 

 

L'étiquetage, un leurre

 

L'alimentation des animaux circule en vrac par bateaux ou par camions entier et il est très courant que les agriculteurs conventionnels ne connaissent pas la composition de l'alimentation de leurs animaux. Le mélange d'aliments transgéniques et conventionnels lors de la fabrication d'aliments composés est un risque bien réel. Eviter le mélange est une difficulté presque insurmontable.

 

 

Les OGM, rien ne presse!

 

Nature et Progrès travaille de longue date à attirer l'attention des consommateurs sur les nombreux risques liés à l'introduction des OGM dans la chaîne alimentaire. Risques à la fois pour l'économie, pour l'environnement mais aussi pour la santé!

 

Nature et Progrès demande:

- que des études approfondies soient commandées pour étudier à long terme les effets de l'OGM "MON863" sur les animaux d'élevage et sur l'être humain

- que l'évaluation des risques sur la santé, a court, moyen et long terme soit effectuée avant toute acceptation d'OGM et que le principe de précaution soit toujours appliqué.

- qu'en application du principe de précaution, l'OGM "MON863" soit interdit à la vente sur le territoire européen dans l'attente des résultats de ces études

- que des filières séparées soient mises en place pour éviter toute pollution de toute la chaîne de l'alimentation biologique

- que la responsabilité éventuelle d'une telle pollution incombe toujours et entièrement au détenteur du brevet ;

 

 

Pour toute information complémentaire:

 

Nature & Progrès asbl

Bruno VALETTE

520 rue de Dave

B-5100 Jambes

Tél.: 0032(0)81.30 36 90 - Fax: 0032(0)81.31 03 06

natpro@skynet.be - www.natpro.be

Francis Giot Bruno Valette Président Collaborateur

 

(Communiqué de presse 10 août 2005)